Mondomix le magazine référence pour les musiques du monde, s’arrête.
Avec lui c’est la disparition du dernier titre spécialisé sur ce segment…
communiqué

Voilà, c’est la fin. Après plus de 10 ans d’existence, nous sommes contraints d’arrêter l’impression du magazine Mondomix faute de pouvoir financer notre “besoin en fonds de roulement”.
En septembre 2012, le média Mondomix avait été repris par la société Boralys et nous pensions alors avoir échappé aux difficultés financières. Malheureusement, l’actionnaire principal de la société a défini une nouvelle stratégie en 2014 et décidé d’arrêter la publication du magazine papier Mondomix.
Pourtant, malgré ces difficultés, nous continuerons notre travail sur Mondomix.com, comme nous le faisons chaque jour depuis 1998. Notre site web est un véritable quotidien et ses archives sont constituées de milliers d’articles et de vidéos sur des artistes de tous les coins du monde qui sont autant de témoignages et de récits d’humanités.
Ces histoires, ces cultures et ces musiques, nous avons souhaité les raconter sous l’angle d’un journalisme exigeant, tenant compte des risques d’aborder un thème aussi vaste que les musiques et les cultures du monde. En effet, il n’est pas difficile de tomber dans le piège d’une homogénéisation et d’un nivelage propre à la mondialisation, à la « culture des betteraves » comme s’amusait à le dire l’anthropologueClaude Levi-Strauss : « L’humanité s’installe dans la monoculture, elle s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave, son ordinaire ne comportera plus que ce plat ». Nous avons tenu à garder une approche mettant en lumière le foisonnement, la diversité, multipliant les points de vue, et nous avons évité de parler des fusions opportunistes et des approches trop marchandes. En revanche, nous sommes toujours heureux d’accompagner le succès populaire. D’ailleurs, nous nous sommes bien gardés de perpétuer le clivage du savant et du populaire.
Malgré cette situation qui nous tourmente depuis trop longtemps, c’est une chance inestimable de suivre tous ces artistes, d’avoir pu côtoyer pendant quelques précieux instants leurs cultures, leurs langues et cette « intraitable beauté du monde » telle qu’Edouard Glissant aimait en parler.
Désormais nous continuerons à parler de cette beauté du monde exclusivement sur internet, où vous découvrirez bientôt de nouveaux récits et de nouvelles formes d’écritures comme le web documentaire sur l’Odyssée des Musiques Noires que nous diffusons en lien avec l’exposition « Great Black Music » coproduite avec la Cité de la Musique à Paris. Nous tacherons de nous réinventer et de publier bientôt une nouvelle version de Mondomix.com.