autportrait
Avec ce nouveau projet, TREi[Z]H, le passage en breton il veut composer la bande son d’un paysage à la fois familier et mystérieux ; entre onirisme : « nappes sonores évoquant les grandes étendues maritimes aux apparences calmes, dominées de falaises abruptes ou de plages inaccessibles, sous un lumineux ciel bleu gris » et chaleur d’une chanson pop-rock « évoquant un couché de soleil d’automne chatoyant d’oranges, d’ocres et de rouges ».

Le passage d’un lieu à l’autre de chaque côté de l’océan, d’un état à l’autre, basculement de géographie, de matière, d’esthétique musicale, tout cela s’entend et se voit dans la musique de Youn Kamm.
Avec ce nouveau line-up, il souhaite explorer de nouvelles couleurs musicales : « phrases entêtantes de piano itératif, de nappes bourdonnantes en riff de guitares, susurrement de l’air dans la trompette au rugissement d’une basse saturée, boucles électros finement ciselées et coups de toms martelés. Des nuances…du très petit, du très fort, de belles mélodies de chez nous ou presque ».
La matière chantée sera inspirée des textes poétiques de Youenn Gwernig, extrait de Toull an nor ou An Diri dir ; cette poésie transatlantique, nourrie de mélancolie lumineuse propre au « swing and tears » breton.
D’autres textes traditionnels et inédits d’auteurs contemporains viennent compléter le répertoire.
Toute l’imagerie visuelle de la création est confiée à l’artiste peintre Gaele Flao ; dessins figuratifs, huiles, encres, couleurs et noir enrichissent l’univers musical de TREi[Z]H.