Pour nourrir la machine du streaming, les maisons de disques signent à tour de bras et jettent les musiciens après parfois seulement un album, une fois la tendance retombée. Pour vivre des carrières moins éphémères, beaucoup pensent aujourd’hui leur gagne-pain dans l’indépendance plutôt que dans l’industrie.

Source / Lire la suite : Durer dans le «métier» de musicien