Les plates-formes musicales s’estiment lésées face aux géants du Web et demandent des mesures d’urgence.

Les services français de musique en ligne veulent arracher les moyens de survivre. À quelques jours du Midem, le marché international de la musique qui se tient à Cannes, ils s’estiment étranglés par les trop faibles marges laissées par les ayants droit et désavantagés face aux géants du Web.

Lire la suite sur le site du Figaro