Article consultable dans son intégralité sur le sur de Rue89

Le disque est en crise. Rien de neuf là-dedans. Le marché enregistre une chute annuelle de ses ventes de 10 à 15%, une régression que ne parviennent à compenser ni la croissance rapide du format digital, ni le retour en force des vinyles dans les chaumières.

Derrière les dégraissages des majors, les labels indépendants de musique électronique, peut-être plus touchés encore que les autres, trouvent des parades pour survivre et sauver leur activité.