Déclaration obligatoire, peines plus lourdes et confiscation de matériel facilitée : l’adoption au Sénat d’une proposition de loi sur les rave parties, mardi 21 octobre, pourrait, pour la première fois depuis dix-huit ans, renforcer l’encadrement des quelque 4 000 soirées, aussi appelées « free parties », organisées dans des lieux éphémères autour de la musique techno.

Source / Lire la suite : « De Pasqua à Mariani, depuis trente ans, c’est la même chose » : les organisateurs de « free parties » inquiets d’un durcissement de la loi