Les « testeurs » du dispositif, qui octroie 500 euros aux jeunes de 18 ans pour s’offrir sorties, biens ou pratiques culturelles, privilégient celles qu’ils connaissent. Les jeunes éloignés des études sont les plus durs à atteindre.
Sur la banque d’accueil de Dialogues à Brest, l’autocollant « Pass culture » s’est rapidement imposé. « Nous avons demandé à nos libraires quels étaient, selon eux, les livres incontournables pour les 18 ans. Nous avons mis les offres en ligne sur la nouvelle plate-forme et ça a tout de suite pris », constate, avec étonnement et satisfaction, Delphine Le Borgne, directrice de cette vaste librairie de 1 600 mètres carrés installée dans le centre-ville.

Source / Lire la suite : « Les 18-25 ans sont les plus difficiles à capter » : les débuts en demi-teinte du Pass culture dans le Finistère